Plateformes

Depuis les graves inondations en novembre 2010, le Contrat de Rivière Senne a mené différentes actions pour aider les communes, province et le SPW à réduire tant que possible ces évènements incontrôlables.

Une 1ère plateforme « Inondations » : des actions à entreprendre

Le 3 décembre 2010 était organisée à Rebecq la 1ère plateforme inondations du Contrat de Rivière Senne (CR Senne). Tous les gestionnaires des cours d’eau avaient répondu présent, en plus de Paul Dewil du Service Public de Wallonie – Direction de la Gestion hydraulique intégrée – également directeur du Centre Régional de Crise et Président du Groupe Transversal Inondations de la Région wallonne (GTI).  Cette réunion a permis de comprendre le caractère exceptionnel de ces inondations de novembre 2010 (débits exceptionnels des cours d’eau, débordement du canal) – sur base des informations à disposition à cette date – mais aussi de faire le point sur les dégâts et problèmes rencontrés par chaque gestionnaire afin de dégager des pistes d’actions pour la suite.

Une 2ème plateforme « Inondations » : un 1er bilan après un an d’actions

De cette réunion avaient découlé une série de missions dans le chef du CR Senne. Il était donc temps de faire le point sur la mise en œuvre des actions par chacun. Le compte-rendu de cette réunion est disponible auprès du CR Senne. Concernant les actions menées par le CR Senne, voici une synthèse de ce qui s’est dit le 14 novembre 2011.

Les actions menées par le Contrat de Rivière Senne :

  • Engagement de 2 éco-cantonniers pour assister les communes dans l’entretien des cours d’eau de 3e catégorie. En 2011 côté Brabant wallon, ils ont fait le repérage des problèmes sur les cours d’eau des communes d’Ittre, Braine-le-Château, Rebecq et Tubize avec bilan présenté à leurs services travaux. Ils ont également procédé à des nettoyages sur les cours d’eau de Tubize et Braine-l’Alleud, et repéré les zones d’immersion temporaire potentielles sur toutes les communes du bassin.
  • Engagement de 8 étudiants en été 2011 pour des travaux d’entretien des cours d’eau des communes brabançonnes de Braine-le-Château et Ittre notamment.
  • Engagement d’un bureau d’études, Myclene, via appel d’offre général pour un montant de plus de 54.000 € TVAC, dans le but de réaliser une étude hydrologique sur le bassin de la Senne, permettant d’identifier les zone d’immersion temporaire (ZIT) potentielles le long des cours d’eau de 3ème (voire 2e) catégorie (une cinquantaine de zones).  Il s’agit d’une pré-étude, afin de fournir une aide aux communes en localisant, estimant les volumes et coûts des aménagements possibles et pertinents, avec pour règle de base la collaboration avec la Cellule de coordination du CR Senne et les gestionnaires des cours d’eau (19 communes, 2 provinces, la Région). Les résultats généraux de l’étude ont été présentés lors de la plateforme du 14 novembre, et les résultats détaillés seront présentés lors de 4 réunions par sous bassin, début 2012, auxquelles seront invitées les communes et provinces concernées, ainsi que la Région.
  • Aide et suivi du remplissage des « enquêtes inondations » du SPW concernant les inondations des 13-14 novembre et de janvier 2011 dans le bassin de la Senne.

Le CR Senne sert de relais en servant d’interlocuteur sur le sujet des inondations et mène un travail de sensibilisation du public mais aussi de concertation avec les agriculteurs via son Groupe de travail Agriculture, plus orienté sur l’érosion et les coulées de boue. De manière générale, le CR Senne informe sur le sujet via la Newsletter mensuelle et le bulletin Info-Senne trimestriel.

Les perspectives

Une collaboration interrégionale

Le CR Senne a tissé des liens avec les 2 autres régions, et prévoit une rencontre interrégionale en 2012. En effet, il est ressorti des échanges avec les différentes parties un besoin sur le terrain de renforcer les contacts entre gestionnaires de part et d’autre de la frontière linguistique, et d’informer les différentes parties du travail effectué par chacun en matière de lutte contre les inondations.

Il est ressorti de la 2e plateforme inondations le besoin de tenir des réunions de coordination- de travaux sur les cours d’eau entre les différents gestionnaires (importance de curer d’abord en aval par exemple). Une importante journée interrégionale a eu lieu le 13 février 2012 afin de jeter des ponts entre les Régions et de favoriser une solidarité amont-aval entre les différents organismes du pays.

Un travail à différents niveaux

Le Groupe de travail Agriculture du CR Senne va focaliser son travail en 2012 sur la lutte contre l’érosion et les coulées de boue. En effet, cette problématique s’est révélée non négligeable lors des derniers évènements d’inondations et doit être traitée en complément avec le débordement des cours d’eau (traitée par le bureau d’étude). C’est le GT Agriculture qui prendra le thème  en main mais il est bon de rappeler que l’origine des problèmes se situe à différents niveaux, et pas uniquement du côté de l’agriculture. La démarche se devra donc d’être concertée et peut être résumée comme suit :

  • en collaboration avec les différents personnes ressources compétentes,  d’appuyer les communes du bassin dans le diagnostic des points noirs sur leur territoire grâce à la cellule GISER du SPW, afin de déterminer les aménagements à mettre en œuvre, ainsi que dans la tenue de la concertation au niveau local pour mettre en œuvre effectivement les aménagements ;
  • de faire connaître des exemple de démarches déjà initiées dans d’autres communes afin de mettre en œuvre des aménagements de lutte contre les coulées boueuses mais surtout mettre l’accent sur les mesures préventives au phénomène.

Conclusions

Le Contrat de Rivière est une plateforme idéale pour impulser et concerter les actions entreprises par les partenaires locaux en matière de lutte contre les inondations, en synergie avec les travaux du Groupe transversal « inondations » de la Région wallonne qui assure le suivi du plan « PLUIES ».

Il apparaît que si toutes les communes mettent en œuvre de petits aménagements, une grande quantité d’eau pourra être retenue en amont, en « coupant les petits robinets », permettant de réduire les risques dans les années à venir, en complément aux grands aménagements mis en œuvre par la Région wallonne. ).  La notion essentielle de solidarité amont-aval est clairement mise en avant la démarche du Contrat de Rivière Senne et mérite d’être renforcée.

Il reste cependant important de rappeler le risque 0 ne sera jamais atteint, qu’il faut rester vigilants, et que grâce à la volonté de tous, on avance !

7ième Plateforme Inondation :

6ième Plateforme Inondation

5ième Plateforme Inondation