Balsamine de l'Himalaya

La forme générale de la fleur ressemble un peu à celle d’un casque de policier anglais d’où son nom de Policeman’s helmet qui lui est donné en Grande-Bretagne.

Nom scientifique : Impatiens glandulifera Royle

Famille : Balsaminaceae

 

1. D’où vient la balsamine de l’Himalaya ?

La balsamine de l’Himalaya provient des Indes et de l’ouest de l’Himalaya où elle se développe jusqu’à une altitude de près de 4000 m.

2. Comment la balsamine de l’Himalaya s’est-elle introduite en Europe ?
La plante a envahi une grande partie de l’Europe où elle a été introduite comme plante ornementale et parfois comme plante mellifère par les apiculteurs. En effet, ses fleurs sont magnifiques ; elles sont une source de nectar et de pollen et sont visitées par abeilles, bourdons et papillons.

Des graines provenant de l’ouest de l’Himalaya parvinrent à Kew en 1839 et la plante fut trouvée naturalisée en Grande-Bretagne vers 1855. La balsamine de l’Himalaya apparut en Allemagne, en Suisse et en 1920 en Belgique. Aujourd’hui, elle a gagné toute l’Europe. Elle existe également en Amérique du Nord.

3. Comment la balsamine géante s’est-elle introduite chez nous ?

Apparue en tant que plante ornementale, la plante s’est échappée des jardins et a gagné d’abord les cours d’eau du nord (Campine) et du centre du pays (Brabant), la vallée de la Meuse et dela Vesdre. Aujourd’hui, elle s’est largement répandue le long des cours d’eau et est présente dans tous les bassins hydrographiques de Belgique.

4. Comment reconnaître la balsamine de l’Himalaya ?

La balsamine géante est une plante herbacée annuelle, robuste, haute de 1 à2,5 m, mais pouvant atteindre3 m, glabre.

Sa tige n’est pas rameuse ; elle est creuse, translucide, rougeâtre, charnue. Elle a un diamètre d’environ4 cm, mais il peut atteindre jusqu’à12 cm dans certaines conditions exceptionnelles (par exemple sur des sols très riches).

Ses feuilles sont opposées, souvent verticillées par trois dans le haut de la plante, de forme lancéolée à elliptique, se terminant par une pointe fine au sommet, finement dentée en scie. Elles peuvent atteindre 6 à22 cm de longueur et8 cm de largeur. La base des feuilles sont bordées de glandes souvent de couleurs rougeâtres.

Ses fleurs sont disposées en grappes, à la base des feuilles supérieures, qui comprennent de 5 à 14 fleurs. Celles-ci sont longues de 2,5 à4 cm, irrégulières, pourpres à blanches, avec un petit éperon fortement courbé

Son fruit est une capsule s’ouvrant par cinq valves qui s’enroulent brusquement en projetant les graines au loin. Une seule plante peut produire jusqu’à 800 graines.

Des racines adventives peuvent se former au niveau des nœuds inférieurs de la tige.

5. Invasive ?
A croissance rapide, la balsamine de l’Himalaya prend rapidement le dessus sur ses voisines qu’elle étouffe par l’ombre de son puissant développement végétal.

Avec un fort taux de reproduction (800 graines/plant), et un ingénieux mécanisme de projection des graines à distance, elle colonise rapidement l’entièreté d’un milieu.

Sa dispersion est encore accrue par la voie des eaux qu’elle affectionne tout particulièrement. 

Elle provoque ainsi une perte de biodiversité de 40 % des espèces des stations qu’elle colonise et une banalisation des paysages floristiques des écosystèmes de rivière. Si on laisse évoluer librement les choses, chacun de nos cours d’eau sera demain pincé entre deux rideaux ininterrompus de balsamines.

Par ailleurs, la balsamine ne renforce pas aussi efficacement les berges que le tapis herbacé qu’elle fait disparaître, et fâne en hiver laissant ainsi les berges à nu. Aussi, risque-t-on à terme de rencontrer de graves problèmes d’érosion des terres jouxtant les cours d’eau infestés.

6. Comment lutter contre la balsamine de l’Himalaya ?

La plante est broutée par les animaux. Lors de notre inventaire de la balsamine sur les berges des cours d’eau à Rebecq, nous avons remarqué qu’il y avait moins de balsamine sur les berges du cours d’eau jouxtant une prairie pâturée.

La gestion de la Balsamine s’envisage en conséquence de l’extension d’une station :

-         pour de petites stations de quelques dizaines de pieds, on privilégiera l’arrachage manuel pied par pied en veillant à n’en oublier aucun.

-         pour les grandes stations de plus de cent pieds, les impératifs économiques et de temps plaident en faveur d’un fauchage au niveau du sol, en dessous du premier nœud de la canne (des essais ont montrés que la plante rejette si celui-ci subsite).

Il est nécessaire de repasser 3 semaines plus tard et encore une troisième fois un mois après pour faucher ou arracher les éventuels rejets et plantules.

Les gestions se feront de l’amont vers l’aval, en suivant le sens de dispersion des plantes et devront s’incrire dans le long terme, les graines déjà présentes dans les sols gardant leur pouvoir germinatif pendant 2 à 3 ans.

La gestion se réalise de mai jusque la mi-juillet (avant que les graines ne soient formées).

7. Les produits de la coupe ?

Si la station présente des capsules de graines, il est impératif de couper celles-ci avant de procéder à l’arrachage des plants. Les capsules seront évacuées dans des sacs fermés (sacs poubelles), et conduites, en veillant bien à ne pas crever les sacs et répandre leur contenu, sur un site d’incinération.

Les plantes arrachées seront stockées en tas, sur la berge, mais à bonne distance du cours d’eau pour ne pas risquer d’être emportées par une crue.

L’extension de l’invasive est à ce jour déjà inquiétante, mais les nuisances pour demain, si on laisse évoluer les choses librement, seront bien plus dramatiques. De plus, la balsamine de l'Himalaya peut encore être achetée dans certaines pépinières et de ce fait, des plants sont plantés dans les jardins des particuliers permettant ainsi leur propagation.Le CRSenne et les gestionnaires publics ne pouvant pas agir dans les jardins privés, c'est aux citoyens de les éliminer chez eux, même s'ils peuvent demander de l'aide pour l'identification et les techniques d’élimination.
 

Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article