Retour sur la plateforme inondation du 27/11

Ce mercredi 27 novembre 2013, s’est tenue la troisième Plateforme Inondation au sein de la nouvelle maison communale de Rebecq. Celle-ci a réuni les différents gestionnaires de cours d’eau que sont les communes, provinces et la région ainsi que les différents acteurs locaux tels que les intercommunales, les associations et autres fédérations.

Ces différents gestionnaires ont tour à tour exposé leurs réalisations ainsi que les projets en cours ou à l’étude. Voici ce que nous avons retenu.

Tout d’abord pour le SPW-DGO3[1], dans les travaux réalisés nous trouvons :

  • La Zone d’Immersion Temporaire (ZIT) de Steenkerque, opérationnelle pour la mi-janvier et avec une capacité de retenue de 210 000 m³ sur près de 20 ha. Elle possède une gestion automatisée et informatisée basée sur le débit aval limitant. Son coût d’investissement est de 1 100 000 € TVAC.
  • Le redimensionnement du débit de fuite à la ZIT d’UCB (Braine-l’Alleud) avec une automatisation de la vanne pour 2014.
  • L’entretien du Hain ainsi que le nettoyage du pertuis de la Sennette ont été réalisés. Près de 11 000 m³ de boues ont été retirées des pertuis (double pertuis de 2,5 km) de la Sennette à Tubize.

Trois zones d’immersion temporaire sont à l’étude, une sur Tubize à la prairie des Angles, une seconde sur la commune d’Ittre sur la Sennette et une dernière sur Braine-le-Château.  Des entretiens de cours d’eau sont aussi en projet notamment celui du Hain de Braine-le-Château à l’entrée de Tubize.

Passons ensuite au SPW-DGO2[2], qui a posé un clapet d’isolement entre le nouveau canal et un bief de l’ancien canal sur Virginal.

Concernant les provinces du Brabant et de Hainaut ; respectivement un règlement provincial concernant les coulées boueuses doit être mis en place et permettre des subventionnements de travaux ou d’achat de matériel pour lutter contre celles-ci. Des subsides peuvent être octroyés pour la construction de zone d’immersion temporaire. Pour le Hainaut, l’entretien des cours d’eau se poursuit avec en 2013 un curage de la Sennette à Ecaussinnes et pour 2014 un curage de la Senne dans Soignies. Le marché de service pour le programme d’étude global par bassin hydrographique NAQIA est lancé pour le bassin de la Senne. Des subsides peuvent également intervenir pour les ZIT.

Au niveau communal, quelques grands projets sont annoncés et pour certains déjà réalisés. A Silly, une petite zone de retenue est envisagée sur un non-classé affluent du Boussemont.

Sur la commune de Braine-le-Comte, trois zones de rétention sont en cours de finalisation pour une retenue de 30 000 m³ et une zone de retenue sur Hennuyères est encore à l’étude. Le pertuis de la Brainette a lui été restauré ainsi que curé sur près d’un kilomètre.

A Rebecq, 2 zones sont également à l’étude, une sur le Ry d’Iesbeecq et l’autre sur le Pont Neuf pour des capacités respectives de 25 000 m³ et 50 000 m³. La commune est solidaire de la ville de Braine-le-Comte concernant une zone d’immersion temporaire en amont de Steenkerque.

Pour Tubize, un code de bonne conduite a été mis en place pour les permis d’urbanisme en zone inondable, deux ZIT sont à l’étude sur le Coeurcq et le Laubecq ainsi que la possibilité de créer un by-pass sur le Ry de Vraimont. Une équipe d’ouvriers communaux a pour charge l’entretien des cours d’eau communaux, fossés, égouts et tout ce qui amène un bon écoulement d’eau. Une équipe d’éclaireurs a été mise en place et permet de juger de visu la montée des eaux et d’en référer à un « centre de crise » pour une meilleure gestion de l’aide à fournir sur le terrain.

Sur Seneffe une zone d’immersion est à l’étude sur la Samme, une autre est en projet à Nivelles sur le Ry Saint-Pierre. Une étude du centre-ville devrait être entreprise. La confluence avec la Thines et la Samme est un point noir car celle-ci se jette dans un coude à 90° via un siphon qui se situe en dessous d’un bief de l’ancien canal.

Du côté de la commune d’Ittre plusieurs aménagements ont déjà été réalisés tel qu’un muret érigé au niveau des terrains de foot qui permet de refouler l’eau dessus et permet ainsi la retenue de 3 à 5 000 m³ d’eau. Un by-pass a également été mis en place lors des travaux de collecteurs au niveau du Ry Ternel. Il reste à créer une ZIT sur la Sennette en amont des papeteries, la réparation du bief 29 qui pourrait servir de zone tampon. Trois parkings présents sur la commune doivent être réaménagés pour une meilleure infiltration d’eau. Une zone de rétention pourrait être envisagée sur le Ry de Baudémont. Un batardeau[3] peut aussi être une solution au niveau de l’entrée de la Sennette sous pertuis en amont de Ronquières.

Sur le commune de Braine-l’Alleud, la zone d’immersion temporaire du Paradis est en cours de finalisation est pourra retenir 100 000 m³. Une seconde zone est à l’étude sur le Badeau, celle-ci avait été étudiée par Myclene, bureau d’étude pour des ZIT sur le bassin de la Senne initiée par le CRSenne. Un projet de code de bonne conduite pour les permis d’urbanisme est également à l’ordre du jour.

A Braine-le-Château, la commune désire réaliser une zone d’immersion temporaire sur le Hain à la rue du Try et un emplacement de parking est également prévu à cet endroit. Celle-ci pourrait temporiser les eaux provenant de l’autoroute. La commune cherche également à acquérir les étangs de Bourlamont pour pouvoir réaliser un abaissement d’eau et permettre ainsi une retenue d’eau. La commune soutient la zone d’immersion au niveau du Moulin Brancart auprès du SPW.

Chaque commune a à sa charge la gestion des cours d’eau de 3ième catégorie et donc de leur entretien.

Le Contrat de Rivière Senne va éditer un « code de bonne pratique du riverains » pour lutter contre les inondations. Celui-ci sera mis à disposition des communes du sous bassin. Il reprendra les bons gestes à avoir au quotidien mais aussi lorsque de l’eau se présente à leur porte.

Une plateforme interrégionale du bassin de la Senne sera rééditée en 2014 pour poursuivre le travail en commun (Wallonie, Bruxelles et Flandre) par le Contrat de Rivière Senne et Coordination Senne. 

Une visite de la zone d’immersion temporaire de Steenkerque a clôturé cette réunion.

 

 


 

[1] Direction Opérationnelle de l’Agriculture, des Réserves Naturelles et de l’Environnement

[2] Direction Opérationnelle de la Mobilité et des Voies Hydrauliques

[3] Ouvrage d’art permettant l’assèchement d’un tronçon ou d’une zone bien définie sur un cours d’eau, un canal ou une retenue d’eau

Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article