Lutte contre les invasives

Espèce exotique envahissante ?

Une espèce exotique envahissante est une espèce introduite dans un milieu qui n’est pas son milieu d’origine et dont le développement va nuire aux espèces et à la biodiversité locale. 

Cette invasion biologique est désormais reconnue comme la deuxième cause, après la destruction des habitats, du déclin de la biodiversité. En effet, ces espèces animales ou végétales entrent en compétition avec les espèces locales et peuvent devenir leurs prédateurs, leur transmettre des maladies ou détruire leur habitat. 

Environ une espèce introduite sur mille peut devenir invasive et tous les pays sont touchés par ce fléau.

Comment ces espèces entraînent-elles une perte en biodiversité ?

Concurrence interspécifique : ne subissant pas une concurrence naturelle qu’elles ont dans leur milieu d’origine, elles peuvent très rapidement prendre la place de nombreuses espèces indigènes !

Exemple : la coccinelle asiatique introduite comme agent de lutte biologique s’est imposée en moins de 10 ans dans toute la Belgique et a réduit toutes les espèces de coccinelles indigènes de manière drastique !

Modification des milieux : certaines espèces introduites modifient très sensiblement les milieux dans lesquels elles ont été introduites.

Exemple : le chêne rouge d’Amérique introduit en sylviculture acidifie irrémédiablement les sols et bouleverse les écosystèmes végétaux et animaux des sous-bois.

Introduction de germes : certaines espèces exotiques introduisent avec elles certains champignons et germes qui exterminent nos espèces indigènes.

Exemple : l’écrevisse d’Amérique du Nord introduite pour la pisciculture s’est échappée dans les milieux naturels. Elle est porteuse “saine” d’un champignon (Aphanomyces astaci) qui a entraîné la disparition de notre écrevisse à pieds rouges (Astacus astacus).

Les invasions à travers le monde

Nous avons parfois le sentiment d’être les seules victimes en Europe d’espèces venues d’ailleurs ! Détrompez-vous…

La truite fario provenant de nos rivières est considérée comme invasive en Amérique du Nord, du Sud, en Afrique,  en Asie et en Australie…

Comme chez nous, le ragondin, originaire d’Amérique du Sud, est invasif en Amérique du Nord, au Japon et au Kenya.

La grenouille Taureau de l’est de l’Amérique du Nord s’étend de manière inquiétante à l’ouest de l’Amérique du Nord, en Amérique du Sud, en Asie et bien sûr en Europe. La salicaire pourpre,  jolie fleur de nos bords de cours d’eau et que nous n’aimerions pas voir disparaître au profit de la balsamine de l’Himalaya, envahit 200 000 hectares de zones humides chaque année en Amérique du Nord…

Le travail du Contrat de Rivière Senne

Lors des inventaires de terrain la cellule de coordination relève un certain nombre de plantes exotiques envahissantes telles que les renouées asiatiques, la balsamine de l’Himalaya, l’hydrocotyle fausse-renoncule, la berce du Caucase, la jussie, etc…

La cellule de coordination gère certaines station de berce du Caucase, de balsamine de l’Himalaya et d’hydrocotyle fausse-renoncule toujours en appui et avec l’accord des gestionnaires des cours d’eau. 

Pour plus d’informations

0 Partages
0 Partages
Partagez